Dynamique Participative

Une organisation vivante est en constante évolution grâce à la co-élaboration et co-opération de tous ses acteurs.

Dans l’entreprise et dans les collectivités, de nouvelles façons de travailler ensemble, émergent. De plus en plus de directions souhaitent développer davantage de participation au sein de leurs structures, conduisant à une contribution plus active et à une plus grande responsabilisation de leurs cadres et collaborateurs.

La dynamique participative permet de vivre de ce qu’on appelle l’intelligence collective : grâce aux interactions entre membres d’une même structure. La synergie créée par la coopération fait émerger des facultés de représentation, de création et d’apprentissage supérieures à celles des individus isolés.

Une performance collective est bien supérieure à la somme des performances individuelles

La dynamique participative se déploie dans un environnement où chacun développe le sens des responsabilités et l’esprit d’initiative et de créativité pour agir en entrepreneur.

C’est un enjeu central pour les organisations puisqu’elle permet de faire émerger plus de créativité et d’innovation, ainsi que de potentialiser l’impact de la mise en œuvre des stratégies élaborées de manière concertée.

Par « dynamique participative », nous désignons une pratique, qui a pour but de favoriser l’émergence de l’intelligence collective, la coopération et la synergie au sein d’une organisation.

C’est l’art du « nous », qui cultive l’intégration des collaborateurs, favorise leur adhésion aux orientations, instaure un équilibre entre l’individu et le collectif, stimule l’innovation, accroît la souplesse et la pertinence des actions, rend l’organisation agile et renforce son alignement sur la mission, les ambitions et les valeurs communes.

Lorsque la pratique de la dynamique participative a été assimilée par toute l’organisation, celle-ci peut faire un pas de plus en en faisant un principe de gouvernance.

C’est ainsi que la dynamique participative peut à terme s’ancrer durablement dans une véritable « gouvernance dynamique » ou « gouvernance participative » de l’organisation.

Historiquement, les principes de base d’une dynamique participative et d’une gouvernance dynamique ont été développés sous le nom générique de « sociocratie ».

Ce terme fut inventé au XIXe siècle par le positiviste français Auguste Comte. Il désigne aujourd’hui un mode de prise de décision et de gouvernance permettant à une organisation (une entreprise, une collectivité publique ou privée, mais aussi une famille, une structure politique, etc.) de se comporter comme un organisme vivant qui s’auto-organise.

Pour fonctionner selon le mode participatif, une entreprise ou collectivité ne doit pas être transformée de fond en comble. Les responsables hiérarchiques à tous les niveaux conservent leur rôle et leur mission, mais ils ne sont plus seuls à assumer les responsabilités décisionnelles stratégiques.

Chaque membre de l’organisation se voit en effet offrir la possibilité d’exprimer son point de vue au sein du cercle auquel il appartient et de faire des propositions pour améliorer le fonctionnement de l’organisation.

La dynamique participative repose sur 3 règles de base

Le mode circulaire et pensée circulaire
La prise de décision par consentement
L’élection sans candidat ou le processus du choix participatif

La gouvernance dynamique nécessite, quant à elle, l’articulation de tous les cercles entre eux par l’intermédiaire du double lien.

La dynamique participation est avant tout, une nouvelle manière d’être, ensemble

Les différents processus de la dynamique participative se sont développés sur le socle de la sociocratie. Depuis lors, ils évoluent en permanence sous l’impulsion des expériences accumulées sur le terrain et des recherches dans de nombreux pays.

Sociocracy Belgium y apporte sa contribution en collaboration étroite avec Ordinata, son partenaire en Suisse : une intense activité de recherche & développement conjointe nous a permis, avec le soutien de nos clients de Belgique et de Suisse, de développer les concepts et les méthodes de la dynamique participative pour en faire un véritable art du « nous ».

En même temps que s’affine notre compréhension des mécanismes de l’intelligence collective, de nouvelles démarches et outils émergent, qui font le lien avec d’autres approches novatrices. Notre parcours de formation en est le fruit.

L’art du « nous » ne s’acquiert qu’en l’expérimentant !

La dynamique participative est un art, pas une science ! Pour se l’approprier, plutôt que d’accumuler un savoir théorique, l’invitation est d’expérimenter concrètement les outils en situation réelle, ensemble avec d’autres personnes.

Les différents modules de formation permettent une intégration progressive des processus et principes de la dynamique participative en terrain « neutre », avant de les mettre en oeuvre dans leur propre organisation.

Pour fonctionner en dynamique participative, une entreprise ou collectivité ne doit pas être transformée de fond en comble. Les responsables hiérarchiques à tous les niveaux conservent leur rôle et leur mission, mais ils ne sont plus seuls à assumer les responsabilités décisionnelles stratégiques. Chaque membre de l’organisation se voit en effet offrir la possibilité d’exprimer son point de vue au sein du cercle auquel il appartient et de faire des propositions pour améliorer le fonctionnement de l’organisation. C’est l’intelligence collective en mouvement